La langue française comme critère principal pour la nationalité française

La langue française comme critère principal pour la nationalité française

Promesse pas encore tenue d"Emmanuel Macron

Promesse pas encore tenue


Un délégué interministériel a été nommé fin septembre par le gouvernement, en vue de repenser la politique d'intégration en France. Il s'agit d'Aurélien Taché, député La République en Marche du Val-d'Oise. Il devra rendre ses conclusions le 15 janvier 2018.

Au coeur de cette mission devraient figurer l'apprentissage du français et l'intégration professionnelle. Dans le "plan d'actions pour garantir le droit d'asile et mieux maîtriser les flux migratoires", présenté le 12 juillet 2017, le gouvernement visait le doublement des 200 heures d'apprentissage du français offertes par l'Office français de l'immigration et de l'intégration, sur cinq ans.

L'idée d'un "parcours d'intégration" devrait être étudiée dans ce cadre. Dans un entretien au Point le 4 décembre 2017, Aurélien Taché a évoqué un "contrat d'intégration républicaine". Les personnes qui arrivent sur le territoire français et signent ce contrat recevraient une formation sur les valeurs de la République.

Commentaires